Banc d'essai Raidho TD2.2 / The Absolute Sound / 14 octobre 2022

The Absolute Sound

Verdict

La TD2.2 est une enceinte très impliquée musicalement. Depuis ses aigus et ses médiums cristallins et sans fatigue jusqu'à ses basses fabuleusement robustes, la TD2.2 offre une merveilleuse combinaison de récupération des détails, de richesse tonale et de base musicale solide. La musique brille de façon vivante et évocatrice à travers le Raidhos et vous invite à l'écouter encore et encore. Recommandé.

J'ai découvert une enceinte Raidho pour la première fois au CES 2012. La bibliothèque C1 de la société a vraiment fait une impression positive, tout comme d'autres enceintes Raidho depuis lors. La C1 a subi quelques évolutions importantes et a finalement donné naissance à un modèle plus sophistiqué (et plus cher) de taille et d'apparence similaires, la TD1.2, que j'ai eu le privilège d'examiner en 2020. J'ai beaucoup aimé la TD1.2, en particulier sa dynamique vive, sa transparence révélatrice et sa mise en scène sonore expansive. Si j'ai adoré la TD1.2 pour ses performances démesurées, je n'ai cessé de me demander à quoi ressemblerait le modèle suivant - une colonne à 2,5 voies avec seulement un médium/basse de 16 cm supplémentaire. «Ce serait bien d'ajouter un peu plus de basses à la présentation swinguante, envoûtante et révélatrice de la TD1.2», me suis-je dit.

Mon souhait a été exaucé. Après quelques retards dans la planification (et l'approbation de la rédaction de TAS, bien sûr), Raidho m'a envoyé une paire du modèle suivant, la TD2.2, d'une valeur de 46 500 $. Je pensais que la TD2.2 élargirait un peu l'enveloppe dynamique et créerait un paysage sonore un peu plus large, tout en ajoutant une partie des basses que j'espérais. Je me suis trompé. La TD2.2 sonne comme une enceinte beaucoup, beaucoup plus grande, avec des basses puissantes, une dynamique ouverte et une scène sonore plus grande que je ne le pensais. La TD2.2 crée un sentiment de grandeur musicale à l'égal de l'Aerial 7T (une colonne de 43 kg, de plus d'un mètre 101 de haut, à trois voies et à quatre haut-parleurs, avec deux unités de basses de 18 cm). Elle est également proche, en termes d'échelle sonore, de ma référence YG Sonja 2.2i (une trois voies à quatre haut-parleurs de 122 kg et 1m30 de hauteur). Gardez à l'esprit que le caisson de la TD2.2 lui-même ne fait qu'à peine 1 m de haut ; sa base ajoute 9 cm. Juste un cône de 16 cm de plus, un caisson plus grand, et une masse plus importante que le TD1.2 sur pied que j'ai tant aimé ? C'est tout ? Je n'étais vraiment pas préparé à l'impact sonore plus important que la TD2.2 a délivré, mais agréablement surpris, je dois dire.

Les enceintes Raidho sont connues pour leur haut de gamme et leur haut de gamme médium doux, sans grain et révélateur. La TD2.2 en est un bon exemple. Toute la gamme TD de la société utilise le tweeter à ruban de Raidho (une conception magnétique planaire), l'un des haut-parleurs de fréquences supérieures les plus doux et les plus révélateurs que j'ai entendus. Les DT1.2 et 2.2 ont le don de mettre à nu les hautes fréquences d'un enregistrement, mais sans le grain et l'éclat que l'on entend chez trop d'autres transducteurs. Vous entendez la fine délimitation des sons des lèvres des chanteurs ou d'un archet sur un violon, par exemple, mais sans le sentiment d'exagération ou la dose de distorsion irritante qui proviennent de certains autres tweeters - souvent des tweeters à dôme métallique - qui n'atténuent pas suffisamment leur «sonnerie» caractéristique. Le type de « détail » du Raidho est plus proche de celui de la musique en direct ; on entend beaucoup d'informations musicales mais sans une superposition de dureté et de grain.

Le médium est clair et bien intégré aux fréquences supérieures, ce qui n'est pas facile à réaliser avec deux haut-parleurs de matériaux et de types différents - un tweeter en ruban et un médium/woofer en cône. Le TD du nom signifie «Tantalum Diamond». Raidho applique cinq fines couches de tantale et de diamant industriel sur un cône en aluminium pour créer une membrane de haut-parleur très rigide et bien amortie. Grâce à un puissant système de moteur à aimant néodyme suspendu, une bobine mobile en titane et un cadre rigide, mais ouvert et bien ventilé (pour empêcher les ondes arrière de frapper le cône et permettre une meilleure ventilation), entre autres caractéristiques de conception, le haut-parleur de médium/grave Raidho est un haut-parleur très précis et réactif qui peut «suivre» le tweeter à ruban Raidho ultra rapide. Je crois que Raidho a fait le dur travail d'assortir et d'intégrer son tweeter avec le haut-parleur à cône de 16 cm assez sacrément bien.

Comme nous l'avons mentionné, la véritable force de la TD2.2 est sa performance immaculée, transparente, articulée et non fatigante dans les hautes et moyennes fréquences. L'enceinte brille par des informations musicales merveilleusement détaillées et riches en tonalités. À ma grande surprise, sur certains enregistrements, la TD2.2 a restitué le contenu délicat des hautes fréquences, comme les impacts de cymbales et le registre supérieur des chanteuses, avec plus d'agilité et de douceur que ne le faisait mon YG Sonja 2.2i de référence. Il est vrai que la Sonja 2.2i a une plus grande puissance dynamique sur les transitoires dures, y compris dans les fréquences supérieures et les médiums (comme il se doit avec son prix de 88 300 $), mais la TD2.2 est vraiment impressionnante dans les fréquences supérieures et les médiums supérieurs. Le haut-parleur de médium/grave Raidho et son intégration avec le ruban permettent une mise en scène sonore et une imagerie fabuleuses. Les bords extérieurs de la scène étaient projetés bien au-delà des bords des enceintes, tant sur les panneaux latéraux que sur les panneaux supérieurs, et l'arrière de la scène était très profond. Les images flottaient dans l'espace avec solidité et spécificité, ce qui a permis de longues et agréables sessions d'écoute.

Tout comme la TD1.2, la TD2.2 a également permis à certains éléments musicaux de se projeter dans la pièce d'écoute. Puisque ce phénomène est si similaire entre les deux modèles, permettez-moi de citer un extrait de la critique du TD1.2 : «Plutôt que de dépeindre l'environnement sonore comme un grand terrarium imaginaire dont l'avant est proche du plan des enceintes - en commençant près de l'arrière des enceintes et en continuant vers l'arrière à partir de là - le TD1.2 projette également dans la zone d'écoute d'une manière qui inclut une bonne partie de l'espace entre les enceintes et l'auditeur. Dans un enregistrement où la section de cuivres joue fort, par exemple, ou si un chanteur chante vraiment au balcon, le son projeté s'étend dans la salle d'écoute, ce qui se rapproche de ce qui se passe dans la musique en direct. Cet effet donne une plus grande impression d'immédiateté et d'implication de l'auditeur que ne le fait une scène sonore plus "confinée".» J'ai également inclus la clarification suivante : «Je n'associe pas cette projection de l'espace sonore à l'avant. D'une part, elle ne se produit que lorsque l'enregistrement comporte un élément qui se projette vers l'avant comme il le ferait dans la réalité. Ce n'est pas une caractéristique constante de la plupart des enregistrements. D'autre part, la TD1.2 n'a pas du tout un son trop fort ou trop " chaud ", comme c'est souvent le cas avec les enceintes à sonorité avant. Au contraire, la TD1.2 est remarquablement révélateur sans paraître forcé ou agressif. Sa qualité sans grain, sans détail et sans luminosité est l'un de ses attributs attachants, en fait.» Si ma mémoire est bonne, le TD2.2, plus grand, fait cet effet de "respiration dans la pièce" encore mieux que ne le faisait le TD1.2.

Lire le banc d'essai original